PUBLICITÉ

Cancer de la vessie après le traitement

Publié le 25/02/2010 - 01h00
-A +A

Les modalités de suivi des patients sont bien formalisées : elles dépendent du stade et du grade de la tumeur.

PUB

Après une ablation de la tumeur


Après le traitement d'une tumeur superficielle de la vessie, le but de la surveillance est de repérer précocement le risque de récidive du cancer de la vessie.

L'examen de surveillance privilégié est la cystos­copie :

  • lorsque le risque de récidive est faible, une cystoscopie est réalisée 3, 6 et 12 mois après l'opération, puis une fois par an pendant au moins 15 ans ;

  • lorsque la tumeur présente un risque de récidive moyen, la surveillance par cystoscopie suit le même calendrier, mais elle est complétée à chaque fois par une cytologie urinaire. Tous les deux ans, une urographie IV (ou un uro-TDM) est réalisée ;

  • lorsque le risque de récidive est important, la surveillance par cystos­copie et cytologie urinaire est trimestrielle pendant la première année, puis mensuelle pendant la deuxième année. En cas d'examens normaux, la surveillance repasse à un rythme annuel pendant les 15 années suivantes. Enfin, tous les deux ans, une urographie IV (ou un uro-TDM) est réalisée.

Après une cystectomie


La surveillance est fondée sur la réalisation d'analyse de sang et d'examens cliniques. Ceux-ci sont associés à une radiographie des poumons et à une échographie de la région du bassin. La surveillance est semestrielle durant les cinq premières années puis devient annuelle.

Un an après l'opération, puis tous les deux ans, ce bilan est complété par un scanner de la région du bassin. En l'absence de récidive, la surveillance est maintenue durant 15 ans. Au-delà, le risque de récidive est minime.

Pour les patients qui présentaient une forme métastatique, les mêmes examens doivent être réalisés, mais leur fréquence est supérieure : trimestrielle pendant deux ans, puis semestrielle pendant trois ans. Si une récidive ou une métastase est repérée par l'un de ces examens, une prise en charge adaptée et personna­lisée sera proposée au patient.

Publié le 25/02/2010 - 01h00
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Et si c'était un cancer de la vessie ? Publié le 07/04/2014 - 16h54

Les fumeurs et anciens fumeurs sont les plus exposés au cancer de la vessie. Il existe cependant d'autres facteurs de risque comme l'exposition professionnelle à des substances chimiques par exemple. Reste à connaître les signes laissant présager le...

Plus d'articles