PUBLICITÉ

Changer tout, changer de vie

Publié par Dr Catherine Feldman, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 02/09/2003 - 00h00
-A +A

Les vacances offrent le temps nécessaire pour prendre du recul sur le quotidien. Le train roule, de nouveaux paysages défilent… nos pensées aussi. Et si nous changions de vie ? Qui n'en a pas un jour rêvé ? Qu'est-ce qui nous pousse à rêver, puis à changer, ou pas, de vie ?

PUB

Troquer son deux pièces en ville, contre une maison à la campagne, quitter femme et enfants pour enfin vivre en plein jour une relation passionnelle, démissionner pour se lancer dans le métier d'art auquel on rêve depuis tout petit, lâcher tout et partir vivre sur un autre continent… Il est rare de ne pas être, un jour ou l'autre, traversé par une envie de changement. Mais cela n'est pas si simple de rompre avec son quotidien, de quitter un environnement relativement sécurisant, même s'il n'est pas toujours pleinement satisfaisant, pour plonger dans l'inconnu.

Changer de vie ? Une question existentielle par nature

Cette question a sans doute existé de tout temps. Mais pour des raisons sociologiques diverses, elle concerne de plus en plus de personnes, qui sont elles-mêmes de plus en plus jeunes. Pour preuve, l'apparition récente dans les kiosques de revues dont la ligne rédactionnelle est centrée sur cette question. Le titre " Changer tout " (une revue qui en est à son huitième numéro) est suffisamment explicite ! Autrefois, on osait à peine se poser la question et de toute facon jamais avant le départ des enfants ni avant l'heure de la retraite. Aujourd'hui, ce projet est envisagé vers la trentaine, que l'on soit en couple ou en solo, avec ou sans enfants.

Envie de changer sans rien changer... : le risque des regrets

En 2002, un sondage réalisé par l'hebdomadaire l'Express révélait qu'un Francais sur sept déplorait de ne pas avoir, un jour, tout quitté pour recommencer sa vie à zéro et un sur deux avait le sentiment d'avoir au cours de sa vie, raté une occasion, laissé passer sa chance sans avoir su la saisir. Coté professionnel, un Francais sur cinq estimait avoir le sentiment de s'être trompé de métier et un sur quatre de trop travailler. Et si c'était à refaire ? Côté boulot, un Francais sur deux referait sa vie d'une facon différente. Ainsi, ne rien changer comporte aussi un risque, celui de le regretter.

Publié par Dr Catherine Feldman, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 02/09/2003 - 00h00
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Plus d'articles