PUBLICITÉ

Comme on fait son lit, on se couche ?

Publié par C. De Kock, journaliste santé le 10/01/2006 - 00h00
-A +A

Nous consacrons un tiers de notre vie au sommeil ! A l'âge de 60 ans, nous aurons passé 20 années rien qu'à dormir. Pour que cette occupation indispensable à notre bonne santé ne vire pas au cauchemar, il faut bien soigner son environnement de sommeil.

PUB

Pour une bonne nuit de sommeil réparateur

  • Installez votre chambre dans la pièce la moins bruyante de votre habitation. Equipez la fenêtre de double vitrage et accrochez des rideaux ou des stores épais pour atténuer le bruit provenant de l'extérieur.
  • Pas d'éclairage direct et éblouissant, prévoyez une lumière douce et tamisée.
  • Votre chambre à coucher ne doit pas être surchauffée : température ambiante de 20°C maximum. Si l'air est sec, placez un humidificateur.
  • Etablissez un petit rituel avant de vous mettre au lit : lecture, musique douce, …
  • Soignez le confort de votre literie pour éviter les réveils du pied gauche (mal de dos, de tête, …). Matelas et sommier doivent amortir les mouvements (surtout quand on dort à deux) et compenser les creux causés par les points du corps les plus lourds. Evitez dès lors de les choisir trop mou. N'empilez pas les oreillers, ils ne sont pas indispensables. Portez un pyjama ample et ne vous sanglez pas dans vos draps ou votre couette pour ne pas entraver vos mouvements. N'oubliez pas de changer vos draps régulièrement.

Mesurer son confort de sommeil ?

C'est désormais possible grâce à un travail mené pendant 6 ans par une équipe de spécialistes du sommeil, d'orthopédistes et d'informaticiens en collaboration avec le Centrum voor Biostatistiek du Limburgs Universitair Centrum. Installé à Hasselt, le Bedmeetcenter a développé une méthode de mesure objective, basée sur la topographie, afin d'évaluer le confort du sommeil. Il recourt pour ce faire à 4 paramètres : la résistance musculaire, la tension musculaire, la capacité de réaction thermique et l'équilibre musculaire. En fonction de la variabilité de ces paramètres mesurés sur différents systèmes de couchage, on obtient le niveau de confort de couchage de la personne testée. Ce dernier tient compte du fait que pendant la nuit, nous changeons de position au moins une centaine de fois. Statistiquement, nous n'avons qu'1 chance sur 4 de choisir le matelas qui nous convient. Avec le système développé à Hasselt, nos chances de faire le bon choix s'élèveraient à 97% ! Sachez aussi que les systèmes de couchage les plus onéreux ne sont pas nécessairement les meilleurs.

Publié par C. De Kock, journaliste santé le 10/01/2006 - 00h00 Site Internet www.bedmeetcenter.be
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Vous dormez mal : et si c'était votre matelas ? Publié le 13/10/2015 - 10h17

Notre bien-être et notre santé passent par un bon sommeil. Alors autant mettre toutes les chances de notre côté en réunissant tous les facteurs favorables à un bon sommeil. Le stress et nos activités quotidiennes conditionnement notre sommeil, mais l...

Comme on fait son lit, on s'endort… Publié le 01/08/2011 - 12h27

Vous avec du mal à vous endormir , un mauvais sommeil ? Pensez peut-être à aménager votre chambre à coucher avant de vous ruer sur les somnifères.

Plus d'articles