PUBLICITÉ

Dépendance à l'alcool : adieu le mythe du poivrot quinquagénaire

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 13/12/2013 - 17h26
-A +A

Vous pensez que l'alcoolisme touche surtout des hommes âgés ?

Vous pouvez être pardonné(e), c'est un cliché fréquent.

Mais une étude épidémiologique a identifié 5 sous-types d'alcooliques et révélé, à la surprise générale, que les jeunes adultes représentent plus de la moitié des alcooliques aux Etats-Unis.

PUB

5 sous-types d'alcooliques

  • Le sous-type "jeune adulte" représente 32% des alcooliques américains.
    Agés de 24 ans en moyenne, ils sont devenus alcooliques à l'âge de 20 ans.
    Ils boivent moins fréquemment que les autres types d'alcooliques, mais ont tendance au binge drinking, c'est-à-dire à une consommation d'alcool excessive, intensive et ponctuelle, afin d'arriver à une ivresse rapide.
    Ils se font rarement aider pour sortir de leur dépendance.
    C'est le sous-type le plus important.
     
  • Le sous-type "jeune asocial" comprend 21% des alcooliques américains.
    Ils ont en moyenne 26 ans.
    Plus de la moitié d'entre eux souffrent de troubles de la personnalité.
    Ils ont en général commencé à boire à l'âge de 15 ans et sont devenus alcooliques à 18 ans, soit plus tôt que les autres groupes.
    La plupart sont accros à la cigarette et à d'autres substances.
    Les groupes des jeunes adultes et des jeunes asociaux ne se recoupent pas.
     
  • Le sous-type "fonctionnel" équivaut à près de 19% des alcooliques américains.
    Ils ont la cinquantaine, une vie professionnelle active et des relations stables, une meilleure éducation et des revenus plus importants que les autres alcooliques.
    Ils consomment généralement tous les jours 5 verres ou plus.
     
  • Le sous-type "familial intermédiaire" compte 19% des alcooliques américains.
    Près de la moitié sont issus de familles alcooliques.
    Ils ont commencé à boire à 17 ans et sont devenus alcooliques au début de la trentaine.
     
  • Le sous-type "chronique sévère" ne totalise que 9% des alcooliques américains.
    Il s'agit majoritairement d'hommes, généralement divorcés, et consommateurs de drogues.

Alcoolisme : attention aux jeunes

Cette étude vient bouleverser la croyance générale qu'un alcoolique est une personne dans la cinquantaine.
On voit aussi que les alcooliques conformes au cliché - souvent ivres, ayant du mal à trouver un travail à cause de l'alcoolisme etc., sont en fait rares.

Les conclusions sont claires : l'alcoolisme est un trouble apparaissant chez des personnes jeunes qui doit être considéré comme une maladie grave ayant un impact extrêmement nocif sur la santé et le bien-être.

Si vous pensez avoir des problèmes d'alcool, n'hésitez jamais à en parler avec votre médecin généraliste.

Initialement publié par C. De Kock, journaliste santé le 17/07/2007 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 13/12/2013 - 17h26

Moss, H. Drug and Alcohol Dependence, June 26, 2007.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Avez-vous déjà songé à boire moins d'alcool ? Mis à jour le 06/04/2004 - 00h00

350.000 Belges sont alcooliques. Les conséquences de cette dépendance à l'alcool sont graves tant pour la santé physique et mentale que pour la vie sociale: une descente aux enfers qui peut être évitée.

Tenir l'alcool: un facteur de risque pour l'alcoolisme Mis à jour le 23/11/2010 - 01h00

Euphorie, joues rouges et envie de dormir dès le premier verre? Réjouissez-vous: les personnes très sensibles à l' alcool seraient mieux protégées contre l' alcoolisme . Un phénomène lié à la présence d'une variante du gène CYP2E1.

Après un cancer, adoptez un mode de vie plus sain Mis à jour le 16/08/2005 - 00h00

60% des personnes qui sont en rémission d'un cancer adoptent un mode de vie plus sain, pourtant une nouvelle étude suggère que certaines d'entre elles ne vont pas assez loin dans la modification de leurs habitudes.

L'alcool trouble le sommeil Mis à jour le 07/10/2003 - 00h00

Les sujets alcooliques , comme les sevrés, souffrent de troubles du sommeil . Ainsi, l'alcool induit, à l'opposé, un endormissement plus rapide et une insomnie chronique. Or la fatigue fait partie des facteurs de risque de rechute.

Plus d'articles