PUBLICITÉ

Dépression et Prozac® chez l'enfant

Publié par Isabelle Eustache le 25/03/2003 - 00h00
-A +A

Souvent ignorés ou banalisés, les troubles dépressifs chez l'enfant sont pourtant une réalité. Par ailleurs, une fois diagnostiquée, la prise en charge de cette maladie se heurte encore à l'absence de médicaments ayant fait leur preuve chez les plus jeunes. Une étude tend enfin à montrer l'efficacité du Prozac®, ce célèbre antidépresseur de l'adulte.

PUB

Trop souvent confondus avec la "crise de l'adolescence" par les parents, les enseignants et les médecins, la dépression de l'enfant ou de l'adolescent est largement ignorée ou banalisée, en dépit des risques de suicide qu'elle comporte. De plus, cette maladie doit faire évoquer l'existence d'un problème de maltraitance, d'abus sexuel, de viol, etc.

Certes, les dépressions enfantines sont aujourd'hui reconnues, mais elles restent mal détectées et trop tardivement traitées. Pourquoi ? En plus des fausses idées, ces maladies restent assez difficiles à reconnaître car il n'existe pas de signaux d'alertes très évidents. Parmi les signes spécifiques à repérer, citons : l'anxiété de la séparation, les plaintes somatiques (par exemple un mal de ventre), les troubles de l'alimentation, l'hypersomnie et la chute brutale des résultats scolaires. Par ailleurs, certains signes les plus évocateurs n'attirent même plus l'attention de l'entourage, comme une apparente tristesse, un refus scolaire, des fugues, la consommation de drogues ou d'alcool.

Pourtant, comme pour l'adulte, la dépression est une affection que l'on doit détecter au plus tôt afin de la traiter au plus vite. Malheureusement, les antidépresseurs n'ont que rarement fait leurs preuves d'efficacité chez les enfants. Et sans ce rapport bénéfices/risques, la liste des spécialités pharmaceutiques dont disposent les médecins est limitée. En fait, même s'ils les utilisent, les pédopsychiatres n'ont guère d'essai démontrant le bien-fondé de l'utilisation des antidépresseurs chez leurs jeunes patients déprimés.

D'où tout l'intérêt de cette étude ayant comparé les effets du Prozac® à un placebo pendant deux mois chez 122 enfants de 8 à 13 ans et 97 adolescents de 13 à 18 ans. Les résultats démontrent une très nette supériorité d'efficacité de cet antidépresseur. Malgré quelques céphalées, les auteurs précisent la très bonne tolérance des jeunes au Prozac®.

Certes, on aurait aimé avoir un peu plus de détails, par exemple à propos des facteurs de prédiction (âge, sexe, forme de dépression,…), mais cet essai a le mérite d'apporter enfin des arguments scientifiques aux thérapeutes de nos enfants.

Publié par Isabelle Eustache le 25/03/2003 - 00h00 Emsilie G.J. et coll., J. Am. Acad. Child Adolesc. Psychiatry, 41 : 1205-1215, 2002.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Bronchiolite dans l'enfance, risque d'asthme à l'adolescence Mis à jour le 15/03/2005 - 00h00

Les liens entre asthme et bronchiolite restent discutés. Pendant longtemps, on pensait que la bronchiolite faisait le lit de l' asthme . Depuis, des études ont montré que le devenir de la bronchiolite dépendait de la sévérité de l'infection initiale....

La dépression du post-partum se traite Mis à jour le 10/12/2002 - 00h00

La dépression du post-partum, juste après l'accouchement, touche plus de 13% des femmes. En raison notamment de ses conséquences importantes cette maladie doit être dépistée et traitée.

Vitamine B9 : effet spectaculaire sur la tension ! Mis à jour le 26/10/2004 - 00h00

Plus connue comme la vitamine de la grossesse, la vitamine B9 exercerait un autre effet positif sur la santé, à savoir baisser le risque d'hypertension. Une condition cependant : en ingérer de grandes quantités…

Tabagisme: parles-en à ton père Mis à jour le 10/05/2010 - 00h00

Non l'importance de l'autorité du père ne diminue pas! Elle jouerait d'ailleurs un rôle prépondérant dans le choix des ados de fumer ou non. Le tout est une histoire de communication .

Plus d'articles