PUBLICITÉ

Des diabétiques en Arctique : une belle leçon d'optimisme

Publié par Isabelle Eustache : Adaptation : Dr Philippe Burton le 07/01/2003 - 00h00
-A +A

Etre diabétique et vivre pleinement ses rêves, c'est possible, comme le démontre l'expédition de 5 patients visant à rejoindre le Pôle Nord à skis et en totale autonomie.

PUB

Après le marathon de New York en 1995, le sommet du Kilimandjaro l'année suivante et le tour de France en 1998, les diabétiques ne cesseront de nous étonner. Il s'agit cette fois, d'un défi encore plus extrême : rejoindre à ski en autonomie complète le Pôle Nord.

D'abord, apprivoiser le froid

Cette expédition, qui devrait contribuer à lutter contre le fatalisme et l'accablement que peuvent ressentir les patients et leur entourage, a été réalisée par une équipe de diabétiques, deux femmes et trois hommes, dont 4 insulinodépendants, âgés de 35 à 50 ans. Accompagnés par 2 médecins, dont un diabétologue et un guide, cette épreuve a duré quinze jours. Les participants ont tout d'abord été confrontés aux premiers grands froids (-20°C) lors d'un court séjour au Spitzberg, puis transférés sur la banquise jusqu'à la base polaire " Barnéo ", avant d'être déposés par hélicoptère à 70 km du Pôle Nord géographique.

Ensuite, adapter le traitement

Dans des conditions climatiques particulièrement difficiles (-37°C à -40°C), les dépenses énergétiques ont été considérables. De plus, les journées de marche étaient d'environ 6 à 7 heures, avec pour matériel, un traîneau de 35 à 45 kg. Malgré toutes ces difficultés, auxquelles s'ajoutent la complication des gestes techniques habituels (glycémies capillaires, injections d'insuline…), aucun incident n'a été déploré, excepté quelques épisodes d'hypoglycémie sans incidence. En moyenne, les patients ont perdu 2kg et les doses d'insuline ont la plupart du temps été diminuée. L'équilibre glycémique a été optimisé.Au final, avec six mois de préparation intensive, un entraînement physique adéquat, une bonne maîtrise du diabète, le choix d'un matériel adapté et bien sûr, un moral d'acier, l'équipe au complet a réalisé son objectif en atteignant le pôle et en rencontrant Jean-Louis Etienne.

Cette expédition démontre toute l'importance de bien prendre en charge son diabète, afin que finalement la maladie s'adapte au mode de vie du patient et non l'inverse. Un très beau défi sportif et une bien belle lecon d'optimisme !
Publié par Dr Philippe Burton le 07/01/2003 - 00h00 Des diabétiques en arctique, La lettre faxée de diabétologie, n°335, 10 mai 2002
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
La polio, c'est fini... mais... Mis à jour le 29/10/2002 - 00h00

Jamais, il y a encore 20 ans, on n'aurait cru pouvoir dire que la poliomyélite aurait été éradiquée chez nous en Europe. Et pourtant à en croire les spécialistes, c'est le cas. Mais ce n'est pas pour autant qu'il faut négliger la vaccination.

La vitamine D protège les femmes du cancer du sein Mis à jour le 02/07/2013 - 15h31

Alors que la vitamine D est connue pour son intérêt sur les os et le squelette, on lui attribue aujourd’hui d’autres propriétés, notamment anticancéreuses. Aujourd'hui, les liens entre carences en vitamine D et cancer du sein sont de plus en plus éta...

Hypertension : perdre du poids, oui mais combien ? Mis à jour le 01/08/2006 - 00h00

Plusieurs centaines de milliers de Belges souffrent d' hypertension artérielle . On sait que l'excès de poids est un facteur favorisant. En revanche, combien de kilos faut-il perdre pour faire baisser efficacement son hypertension ?

Plus d'articles