PUBLICITÉ

La douleur est un symptôme de la dépression

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 04/06/2013 - 13h08
-A +A

Tristesse, perte d'intérêt, ralentissement, pensées suicidaires… sont des symptômes bien identifiés de la dépression. Beaucoup moins connues et donc peu prises en charge sont les douleurs corporelles comme des lombalgies ou l'arthrite.

Or, ne pas reconnaître ce symptôme fréquent retarde souvent le diagnostic de la dépression.

PUB

Penser à l'association douleur / dépression

Les outils utilisés classiquement pour faire le diagnostic de la dépression ne tiennent pas compte de ce symptôme de la dépression que sont les douleurs corporelles.

Pourtant, il s'agit d'un symptôme rapporté très fréquemment par les personnes souffrant de dépression. Il est à classer parmi les symptômes dits physiques de la dépression, dont les plus connus sont les troubles du sommeil et de l'appétit. Selon les spécialistes, cette association de symptômes psychiques et corporels est liée au fait que le traitement des informations douloureuses et la régulation de l'humeur ont lieu dans les mêmes aires cérébrales et utilisent des voies nerveuses communes.

Douleur corporelle et dépression : un lien méconnu

Il est important de connaître le lien entre dépression et douleur corporelle. En effet, on estime que 75 à 80% des personnes souffrant de dépression qui consultent leur médecin traitant, présentent également des symptômes douloureux. Et entre 20 et 50% des patients qui souffrent de douleurs chroniques présentent aussi une dépression.

Douleurs importantes, dépression sévère ?
Ne pas tenir compte de cette association a des conséquences sur le diagnostic et le traitement de la dépression. Les douleurs exprimées par les malades peuvent fausser le diagnostic de dépression et ainsi être une des causes de retard ou d'absence de diagnostic de la dépression. Il faut également savoir que la durée et l'importance des symptômes douloureux sont des facteurs prédictifs de la sévérité de la dépression. Et enfin, ne pas traiter la douleur corporelle d'une personne atteinte de dépression augmente le risque de rechute.

Lombalgie, arthrite, arthose, maux de ventre...
La dépression étant déjà une maladie sous-diagnostiquée et peu prise en charge, il serait dommage qu'une lombalgie soit traitée isolément, alors qu'elle est directement associée à une dépression...En pratique, des douleurs physiques comme des lombalgies, de l'arthrite, de l'arthrose ou même des douleurs abdominales, doivent faire penser à rechercher la présence d'une dépression. Le traitement de la dépression devra alors s'attaquer à l'ensemble des symptômes psychiques et physiques.

Initialement publié par Isabelle Eustache, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 09/05/2006 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 04/06/2013 - 13h08

Rentsch et al., Rev Med Suisse 2009;5:1364-1369

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
La dépression s'attaque aussi à votre corps Mis à jour le 28/10/2008 - 00h00

Pour reconnaître une dépression, nous nous servons avant tout de critères psychologiques. Pourtant, cette maladie se manifeste aussi dans notre corps, et il est important de se pencher sur ses conséquences physiques.

Que savez-vous sur l'arthrite ? Publié le 14/12/2015 - 22h44

L’arthrite désigne un ensemble d’affections se manifestant par une inflammation d’une articulation. L’arthrite peut apparaître à tout âge, mais le risque de développer une arthrite augmente progressivement avec l’âge…

Dépression : des douleurs physiques aussi ! Mis à jour le 24/10/2006 - 00h00

Les symptômes psychiques qui révèlent une dépression sont bien connus : tristesse persistante, dévalorisation, perte d'intérêt, de plaisir, etc. Mais il faut savoir que cette maladie s'accompagne aussi très souvent de symptômes physiques, tels que de...

Déprime passagère au moment de la ménopause Mis à jour le 01/08/2006 - 00h00

La ménopause est bien connue pour s'accompagner d'un lot de symptômes parfois fort désagréables, comme les célèbres bouffées de chaleur. Sans qu'il y ait encore vraiment de preuve formelle, il semblerait que cette période de grand changement hormonal...

Plus d'articles