PUBLICITÉ

La drépanocytose: aussi en Belgique

Mise à jour par journaliste santé le 23/05/2011 - 14h14
-A +A

Le gène à l'origine de la drépanocytose se retrouve aujourd'hui dans le monde entier par le biais de l'émigration. Le point sur cette maladie génétique méconnue, mais néanmoins présente dans notre pays.

PUB

La drépanocytose est une maladie génétique héréditaire. Le gène qui en est à l'origine - le gène de l'hémoglobine S - caractérise généralement les populations habitant les régions infestées par la malaria (Afrique Centrale, Afrique occidentale, Bassin Méditerranéen, Moyen Orient et Inde), mais se retrouve aujourd'hui dans le monde entier - y compris en Belgique - par le biais de l'émigration. Les dépistages réalisés à la naissance en Belgique, en France et au Royaume-Uni ont montré qu'un nouveau-né sur 2.000 environ est atteint de drépanocytose dans les grandes villes de ces pays. Il s'agit donc d'un problème de santé publique tant dans les pays du Sud (1% des naissances dans certains pays d'Afrique) que du Nord.

Drépanocytose: une cristallisation de l'hémoglobine

Dans la drépanocytose, l'hémoglobine remplit son rôle de transport de l'oxygène, lais elle a tendance à cristalliser quand elle délivre cet oxygène aux tissus du corps. Le globule rouge contenant l'hémoglobine cristallisée (drépanocyte) est beaucoup plus rigide et bloque la circulation du sang dans les petits vaisseaux. Il s'ensuit une crise douloureuse et toutes sortes de complications. Cette hémoglobine cristallisée porte le nom d'hémoglobine S, alors qu'on parle d'hémoglobine A chez le sujet normal.

Des complications aiguës et chroniques de la drépanocytose

Cette maladie chronique sévère est ponctuée chez beaucoup de patients par des épisodes aigus de douleur, d'infection et d'anémie. La douleur provoquée par la cristallisation de l'hémoglobine est variable, mais peut être très intense et tellement insupportable qu'elle nécessitera la prise d'anti-douleurs puissants comme de la morphine. Ces douleurs sont ressenties dans les bras, les jambes, le dos, etc. mais sans signes extérieurs comme une plaie ou une fracture. Les drépanocytaires sont davantage exposés aux infections (rhume, angine), généralement à pneumocoque. Cette infection est la cause de 30 à 40% des décès chez les enfants non traités. L'anémie, qui se manifeste par une certaine faiblesse, de la fatigue, un essoufflement au moindre effort, des palpitations, de la pâleur, est due au fait que les globules rouges contenant l'hémoglobine cristallisée sont détruits plus vite. A ces complications aiguës, il faut encore ajouter des complications chroniques comme un retard de croissance, un retard pubertaire, des problèmes osseux, pulmonaires, cérébraux,…

Initialement publié par C. De Kock, journaliste santé le 07/12/2004 - 00h00 et mis à jour par journaliste santé le 23/05/2011 - 14h14

"La dropano..., la drapami..., la drépanocytose", Réseau des hémoglobinopathies-Bruxelles, novembre 2004.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Cannelle et diabète, quelle relation ? Publié le 01/08/2017 - 16h09

La cannelle est traditionnellement utilisée dans certains pays asiatiques dans le traitement du diabète. Son intérêt dans cette indication se confirme scientifiquement. Il existe d'ailleurs aujourd'hui des compléments nutritionnels de cannelle pour d...

Diabète : un dosage trimestriel de l'HbA1c s'impose ! Publié le 10/09/2015 - 13h01

Trop de diabétiques sont insuffisamment contrôlés. Que signifie cette expression ? Les personnes atteintes de diabète ne parviennent pas à maîtriser leur taux de glycémie , malgré leur traitement. La faute à qui ? L' hémoglobine glyquée ( HbA1c ) est...

Sida, le pire arrive Mis à jour le 16/07/2002 - 00h00

Le rapport bisannuel de l' ONUSIDA vient d'être rendu public. Les chiffres sont effrayants. Loin d'être derrière nous, l'épidémie continue à se propager dans presque toutes les parties du monde. D'ici 2020, le sida fera 68 millions de morts...

Plus d'articles