PUBLICITÉ

Un espoir de grossesse pour les femmes guéries d'un cancer

Publié par C. De Kock, journaliste santé le 13/07/2004 - 00h00
-A +A

Une équipe médicale belge a permis la première grossesse au monde après autotransplantation de tissu ovarien cryopréservé, ce qui constitue un espoir de maternité pour les femmes devenues stériles à la suite d'un traitement anti-cancéreux.

PUB

Grâce aux progrès réalisés dans les traitements anti-cancéreux, le taux de survie des patientes atteintes d'un cancer a fortement augmenté. Malheureusement, ces traitements s'accompagnent souvent d'une ménopause précoce et d'une stérilité. Ces effets secondaires sont provoqués par la chimio- et la radiothérapie.

Prélèvement de tissu ovarien

Une des possibilités pour préserver la fertilité de ces patientes est la congélation d'embryons avant leur traitement, mais elle nécessite un partenaire et la réalisation d'une stimulation ovarienne qui prend du temps et retarde le traitement anti-cancéreux.Une autre stratégie consiste à prélever du tissu ovarien chez la patiente et à le congeler avant le traitement, ce qui permet de pouvoir débuter le traitement anti-cancéreux immédiatement. C'est cette voie qu'ont choisie le Pr Donnez et son équipe.

Test de grossesse positif

En juillet 1997, une patiente de 25 ans présentant un lymphome hodgkinien doit subir une chimio- et une radiothérapie. Elle accepte que les médecins lui prélèvent du tissu ovarien, qui sera congelé à - 196°C. La patiente recoit ensuite le lourd traitement anti-cancéreux nécessaire. Avec ce type de traitement, le taux de ménopause précoce et de stérilité est estimé à plus de 80%. Après son traitement, la patiente n'est plus réglée et les taux hormonaux confirment une ménopause précoce. Vu l'absence de fonction ovarienne, un traitement hormonal de substitution est prescrit.En 2001, la patiente exprime son désir de maternité mais les prises de sang montrent toujours des taux de ménopause et elle ne parvient par conséquent pas à être enceinte.En février 2003, les médecins procèdent à une réimplantation du tissu ovarien prélevé avant le traitement anti-cancéreux.En juin 2003, une laparoscopie (examen endoscopique) vient prouver la survie de la greffe et après le quatrième mois de greffe, d'autres examens démontrent la restauration de la fonction ovarienne, susceptible dès lors de permettre l'ovulation.En janvier 2004, soit onze mois après la greffe, le test de grossesse de la patiente est positif. Depuis, les échographies montrent une grossesse évolutive avec un embryon dont les courbes de croissance et de morphologie sont tout à fait normales.

Publié par C. De Kock, journaliste santé le 13/07/2004 - 00h00 Source: Dossier de presse des Cliniques universitaires Saint-Luc.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Cancer et fertilité: la voie de la cryoconservation Publié le 16/04/2012 - 11h50

La chimiothérapie et la radiothérapie qui luttent contre les cancers s'accompagnent souvent d'une infertilité . Depuis plusieurs années, la cryoconservation de tissu ovarien est proposée en vue de réaliser ultérieurement une autogreffe permettant aux...

Bébé après chimio : ovaire congelé Mis à jour le 20/04/2004 - 00h00

La chimio et la radiothérapie s'accompagnent souvent de ménopause précoce et de stérilité. La cryoconservation d'ovaires fait partie des nombreuses pistes explorées aujourd'hui dans l'espoir de contourner ce phénomène et de donner une chance aux femm...

Du kyste ovarien... au cancer de l'ovaire Publié le 01/08/2016 - 15h28

Le kyste ovarien est une tumeur généralement bénigne. Mais lorsqu'elle se révèle maligne, c'est un cancer de l'ovaire . Si les kystes sont fréquents, heureusement les tumeurs cancéreuses sont rares.

Plus d'articles