PUBLICITÉ

Femme enceinte : si l'hiver est gris, prenez de la vitamine D !

Mise à jour par Isabelle Eustache le 08/01/2015 - 11h51
-A +A

Le risque d'ostéoporose pourrait se définir dès la vie intra-utérine. En effet, le statut en vitamine D de la femme enceinte déterminerait la croissance squelettique de l'enfant.

En conséquence, il est judicieux de conseiller à certaines femmes des suppléments en vitamine D au cours du 3e trimestre de grossesse.

PUB

Femme enceinte et vitamine D

Selon une étude épidémiologique britannique, les femmes enceintes ayant une carence en vitamine D au cours du dernier trimestre de grossesse font des enfants qui auront ultérieurement un risque accru d'ostéoporose, et donc de fracture, au-delà de l'âge de cinquante ans.

Le risque d’ostéoporose

Cette maladie, caractérisée par une fragilité osseuse et à l'origine de fractures dites « ostéoporotiques », touche particulièrement les femmes après la ménopause. La prévention de cette affection consiste à solidifier le plus possible les os à l'adolescence et à les entretenir ensuite.

Calcium et vitamine D pour prévenir l’ostéoporose

Des apports en calcium suffisants sont essentiels, mais la vitamine D est également indispensable au capital osseux puisqu'elle facilite l'absorption du calcium. De même, l'alcool, le tabac, le café et la prise de poids sont à éviter, tandis qu'une activité physique tout au long de la vie est primordiale.

La construction osseuse débute dès la vie intra-utérine

Mais attention, la construction osseuse débute dès la vie intra-utérine. Le fœtus accumule du calcium à partir de la circulation maternelle et la majorité de ce transfert a lieu au cours du troisième trimestre de la grossesse. Cette capacité à fournir du calcium dépend notamment du statut en calcium et en vitamine D de la mère. Or dans les pays du Nord, le risque de carence en vitamine D est important chez les femmes en âge de procréer.

Rappelons que la majorité de la vitamine D est fabriquée par notre organisme sous l'effet des rayons du soleil. Ainsi, plus les journées sont courtes, peu ensoleillées, et plus le temps passé à l'extérieur est faible, moins l'organisme fabrique de vitamine D. On peut ainsi se demander dans quelle mesure une carence durant la grossesse peut se répercuter sur la croissance osseuse du fœtus et influencer le risque d'ostéoporose à l'âge adulte.

Une étude britannique répond très clairement à cette question. Près de 200 enfants nés en 1991 et 1992 ont été suivis depuis le début de leur conception jusqu'à l'âge de 9 ans. Au cours du dernier trimestre, le statut en vitamine D des futures mamans a été évalué, tandis qu'au moment de la naissance, le statut calcique sur le sang du cordon a été déterminé. Neuf ans plus tard, les enfants ont bénéficié d'une mesure de leur densité osseuse.

Initialement publié par C. De Kock le 24/01/2006 - 00h00 et mis à jour par Isabelle Eustache le 08/01/2015 - 11h51

The Lancet, 367 :36-43, 7 janvier 2005. The Lancet, 367 :36-43, 7 janvier 2005. Recommandations professionnelles de la Haute autorité de santé (HAS), « Comment mieux informer les femmes enceintes ? ».

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
L'ostéoporose au masculin Mis à jour le 15/04/2008 - 00h00

Il arrive fréquemment que les hommes ne recoivent pas un traitement approprié ou même pas de traitement du tout contre l'ostéoporose. Pourtant, à partir de l'âge de 70 ans, il leur est recommandé de faire mesurer la fragilité de leurs os.

Moins de caféine pour moins d'ostéoporose Mis à jour le 10/11/2001 - 00h00

Les résultats d'une étude américaine montrent qu'une forte consommation de caféine augmente la perte osseuse chez les femmes âgées porteuses d'une anomalie génétique.

Plus d'articles