PUBLICITÉ

Je suis timide mais je me soigne

Mise à jour par C. De Kock, journaliste santé le 13/04/2011 - 15h18
-A +A

La timidité n'est pas une maladie mais elle peut s'avérer très handicapante. Si vous êtes timide, suivre une psychothérapie peut vous venir en aide.

PUB

Du fait de la fréquence de la timidité dans la population générale, du caractère discret des symptômes et de la difficulté qu'éprouvent les timides à parler de leur problème, la timidité est malheureusement trop souvent banalisée sinon ignorée. Pourtant, elle est parfois un véritable handicap. Source d'inhibition et d'humiliation, la timidité nuit à l'épanouissement personnel et témoigne d'une grande souffrance intérieure.

Du trac à la personnalité évitante

Une personne sur trois se dit timide. D'ailleurs, qui n'a jamais été paralysé lors d'un examen oral ou qui n'a jamais bafouillé au moment de déclarer sa flamme à l'être aimé? Ces expériences ponctuelles et liées à des situations bien précises sont normales et bien différentes des difficultés et souffrances psychologiques que vivent presque quotidiennement les timides. Car, en termes de timidité, tout est question de dosage. Selon l'intensité, la fréquence et les conséquences de l'anxiété sociale, on parlera de trac, de timidité, de phobie sociale ou de personnalité évitante.

La peur de ...

La timidité prend souvent racine dans l'enfance ou l'adolescence. Elle se développe ensuite selon l'environnement familial et les événements de vie propres à chacun d'entre nous, mais aussi en fonction de la qualité et de l'efficacité des stratégies personnelles mises en place pour lutter contre cette anxiété sociale. Les personnes timides redoutent le plus souvent les situations de performance (peur de l'échec, de ne pas être à la hauteur), les situations conflictuelles (peur de ne pas pouvoir gérer leurs émotions ou peur d'une rupture), celles où elles doivent se révéler (peur de donner une image négative d'elles-mêmes) et les situations où elles se sentent observées (peur du jugement négatif d'autrui). Ces craintes conditionnent en grande partie la vie des timides qui pensent souvent que leurs difficultés proviennent de leur caractère et qu'ils ne pourront donc jamais changer. Ce qui est faux.

Initialement publié par C. De Kock, journaliste santé le 20/07/2004 - 00h00 et mis à jour par C. De Kock, journaliste santé le 13/04/2011 - 15h18

Source: "La timidité. Comment la surmonter", Dr Gérard Macqueron et Stéphane Roy, Ed. Odile Jacob, 2004.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
La timidité, mal adaptée à notre époque... Mis à jour le 23/08/2010 - 00h00

"Il faut savoir se vendre, communiquer..." Cela semble être le credo de notre époque. Alors, comment se sentir à la hauteur quand on est timide ? Quand on rougit pour un rien, pour une pensée, quand on n'ose pas dire ce que l'on pense, ou même quand...

Peur de rougir, anxiété sociale: que faire? Publié le 23/04/2012 - 15h57

La peur de rougir , ou éreutophobie, est une forme d’anxiété sociale , vécue comme handicapante par les adolescents et les jeunes adultes qui en souffrent. Que peut-on faire pour contrer cette peur de rougir en public?

Les hommes? De grands timides! Mis à jour le 25/11/2008 - 00h00

Le système de défense naturelle des femmes repousse les hommes timides et maladroits. Ils ne savent pas passer cette barrière, ce qui finit par les isoler et les contraindre à la solitude. Il est important, pour les hommes et les femmes, de comprendr...

Plus d'articles