PUBLICITÉ

Mal des montagnes : redescendez dès les premiers symptômes !

Publié par Isabelle Eustache le 19/08/2003 - 00h00
-A +A

Le mal des montagnes peut toucher tout le monde, y compris les plus sportifs et même à moins de 2.000 mètres d'altitude. Les premiers symptômes ne doivent pas être minimisés ni cachés, car rapidement, des complications parfois fatales peuvent survenir.

PUB
SOMMAIRE

Connue depuis la conquête des Andes par les Espagnols au XVIe siècle, le mécanisme du mal des montagnes n'est toujours pas bien connu, mais on l'identifie facilement : maux de tête, nausées et perte d'appétit. Même si ces symptômes sont bénins, il est nécessaire de les prendre très au sérieux et de redescendre immédiatement car des complications sont susceptibles d'apparaître : vomissements, pertes d'équilibres, voire troubles du comportement, signes d'Œdème pulmonaire ou cérébral, dont l'issue peut être fatale. Par manque d'information ou par négligence (lors d'une activité sportive, de tel symptômes peuvent être pris pour un aveux de faiblesse, alors on les cachent ou les minimisent) chaque année des accidents se produisent.

Tous concernés

Or le mal des montagnes est très courant, il peut toucher chacun d'entre nous, que l'on soit un homme ou une femme, jeune ou plus âgé, sportif ou non. Entre 10 et 15% des personnes l'éprouvent à moins de 2.000 mètres d'altitude, près de 50% entre 3.000 et 4.000 mètres, et 75% entre 4.000 et 5.000 mètres.Pas de médicament miracle, il faut redescendre sans attendre !Les chercheurs s'intéressent de près à ce mal car au-delà de la mise au point d'un remède, il pourrait donner des clés permettant de combattre l'hypertension pulmonaire, certaines maladies neurologiques et de comprendre le mécanisme de l'infarctus. Par exemple, actuellement, des études portent sur l'effet de l'altitude sur la parole à l'aide de tests vocaux, car en altitude, comme c'est également le cas dans l'espace, la diminution de la précision phonétique est un signe de détérioration du cerveau.

Publié par Isabelle Eustache le 19/08/2003 - 00h00 Jean-Paul Richalet, Professeur de médecine à l'université Paris XIII et directeur scientifique de l'Association pour la recherche en physiologie de l'environnement (Arpe), " Tout savoir sur la santé en montagne ", Ed. Favre, juin 2003.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Randonnée en haute montagne : quelles contre-indications ? Publié le 02/07/2015 - 11h43

La randonnée en haute altitude peut vous exposer au mal aigu des montagnes et à ses complications. Très variable selon les individus, ce syndrome augmente rapidement avec la montée en altitude. Sa fréquence est de 15 % à 2.000 mètres, mais passe à 60...

Et si vous vous mettiez au vélo de course ? Publié le 16/07/2014 - 23h56

Chaque année, le Tour de France met le cyclisme au coeur de l'actualité sportive . Et si vous aussi, vous vous mettiez à pédaler ? VTT, VTC (tout chemin), urbain ou de course, à chacun son style et son usage. L’important c’est le plaisir de pratiquer...

Sports d'hiver: choisissez les bonnes lunettes Publié le 18/02/2013 - 14h55

Pas de séjour à la montagne sans lunettes de soleil. Nous le savons tous, les rayons du soleil en montagne sont particulièrement redoutables et risquent d'endommager notre capital vision. Quels que soient l'âge et l'activité pratiquée, et même par te...

Plus d'articles