PUBLICITÉ

Maladie de Crohn : l'origine bactérienne se confirme

Publié par Dr Philippe Presles, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 12/10/2004 - 00h00
-A +A

La maladie de Crohn est caractérisée par une inflammation chronique du système digestif, affectant le plus souvent la partie terminale de l'intestin. Ses origines restent mal connues. Depuis longtemps suspectée, l'implication d'une mycobactérie semble se confirmer. En d'autres termes, cette maladie sera due à une infection microbienne.

PUB

La maladie de Crohn est une affection fréquente qui touche les deux sexes et apparaît généralement entre 20 et 40 ans. Plus de 10.000 Belges sont concernés. L'inflammation, qui serait de nature auto-immune, se manifeste par des diarrhées et des douleurs abdominales, souvent accompagnées d'une perte de poids, d'une fatigue, de fièvre et de douleurs rectales. Evoluant par poussées, cette maladie peut mener à des ulcères.

Un lien avec une micobactérie dénommée Mycobacterium avium subspecies paratuberculosis (ou MAP) est supposé depuis une vingtaine d'années, mais sans preuve formelle. Aujourd'hui, l'implication de cette bactérie dans la maladie de Crohn vient d'être confirmée par une équipe de chercheurs. Leur démarche a consisté à prélever des échantillons sanguins chez 52 personnes, dont 28 sujets atteints de la maladie de Crohn, 9 patients souffrant de colite ulcéreuse et 15 témoins. Ayant ensuite mis en culture les échantillons de sang, les auteurs ont constaté que la bactérie est présente chez la moitié des patients atteints de la maladie de Crohn et 20% des sujets victimes de colite hémorragique. Inversement, elle n'a pas été retrouvée chez les sujets témoins. Certes, ces tests doivent être répétés sur un plus grand nombre de patients, mais ces résultats préliminaires vont bien dans le sens d'une implication bactérienne dans l'inflammation de Crohn.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter e-santé !

Publié par Dr Philippe Presles, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 12/10/2004 - 00h00 Naser S.A. et coll., The Lancet, 364 : 1039-1044, 2004.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Plus d'articles