PUBLICITÉ

Ostéoporose : les Belges mal informées ?

Publié par Catherine Rasse, journaliste médicale le 17/06/2003 - 00h00
-A +A

Plus de 80% des femmes de plus de 50 ans victimes d'une fracture ne font absolument pas le lien avec l'ostéoporose : voilà ce que révèle une enquête inquiétante. Le point sur le sujet.

PUB

Poignet, col du fémur, vertèbres… L'ostéoporose est responsable de très nombreuses fractures, chaque année, en Belgique. On cite le chiffre étonnant de 13.000 cas, rien que pour la hanche ! Et ces fractures du col du fémur sont réellement préoccupantes puisqu'une victime sur cinq décède dans l'année. En outre, 1 femme sur 3, à l'âge de la ménopause, aura une fracture liée à cette maladie des os fragiles. Un vrai problème donc… D'autant plus que les femmes semblent vraiment peu ou mal informées sur le sujet.

Un constat plutôt inquiétant, qui a conduit l'ABO (Association Belge des patients Ostéoporotiques) à faire une étude sur les connaissances et les comportements actuels face à l'ostéoporose, en Belgique.L'enquête a donné les résultats suivants :

  • Quasiment la totalité des femmes de plus de 50 ans connaissent et définissent correctement le terme " ostéoporose ". Mais rares sont celles qui font le lien avec la ménopause.
  • Un peu plus de la moitié des femmes sondées savent qu'il faut compter les fractures parmi les conséquences de l'ostéoporose. Mais mésestiment largement la portée de ces fractures sur la qualité de vie (douleurs, difficultés à marcher, etc.).
  • Quid du traitement ? Un tiers des femmes interrogées mentionnent les suppléments de calcium. Ce qui n'est évidemment pas un traitement… A noter que près de 40% d'entre elles ne connaissent aucune médication pour le sujet.
  • Près de 6 femmes ménopausées sur 10 n'ont jamais parlé de ce problème à leur médecin ! Précisons qu'en Belgique, elles sont pourtant plus de 600.000 à en souffrir… Et seule la moitié est au courant !
Un constat plutôt inquiétant, qui a conduit l'ABO (Association Belge des patients Ostéoporotiques) à faire une étude sur les connaissances et les comportements actuels face à l'ostéoporose, en Belgique.L'enquête a donné les résultats suivants :

Bref, des résultats alarmants, qui ont conduit l'ABO a mener une campagne d'information " qui soit tournée vers l'action afin d'enclencher un dialogue sur les risques d'ostéoporose avec son médecin. " Brochures informatives, affichages, numéro gratuit (0800/24 104) : tout sera mis en Œuvre pour informer le public. Notons quand même qu'à l'âge de 60 ans, 1 femme sur 4 a eu une fracture ostéoporotique. Proportion qui passe à 1 sur 2 à l'âge de 70 ans. Et le Dr Christine Pouliart, Présidente de l'ABO, de conclure : " il est temps de briser le silence sur cette menace silencieuse, car aujourd'hui l'ostéoporose est fréquente et source de très grandes souffrances, alors même que, grâce à la densiométrie, elle est facile à diagnostiquer en toute sécurité et à traiter efficacement. "N'hésitez donc pas à en parler à votre médecin !ABO (Association Belge des patients Ostéoporotiques), Sint Laureistraat 85, B-2018 Anvers, tél. 03/272.52.27.

Publié par Catherine Rasse, journaliste médicale le 17/06/2003 - 00h00 Le journal du médecin, n° 1515, mardi 27 mai 2003, p.12.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Ostéoporose : les hommes aussi ! Mis à jour le 26/10/2004 - 00h00

Si 40% des femmes sont concernées par l'ostéoporose, on oublie souvent que 16% des hommes le sont aussi. Cette proportion, loin d'être négligeable, s'explique en partie par le vieillissement de la population masculine, mais aussi par l'existence de f...

Ostéoporose: des conséquences sous-estimées Mis à jour le 15/03/2010 - 00h00

L' ostéoporose accroît le risque de fractures . Malheureusement, ces fractures entraînent souvent des conséquences à long terme sur la qualité de vie et l'autonomie. Diagnostiquer et traiter cette maladie osseuse est donc fondamental pour réduire au...

Fracture du col du fémur ? Oui, aux protecteurs de hanche ! Mis à jour le 15/10/2002 - 00h00

Les protecteurs de hanches sont des épaisseurs de mousse ou des coques placées dans une culotte spéciale, de facon à protéger l'extrémité supérieure du fémur lors des chutes. Ce concept, qui de prime abord peu laisser dubitatif, est en réalité d'une...

Plus d'articles