PUBLICITÉ

Panaris : comment le soigner rapidement ?

Mise à jour par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 16/04/2014 - 16h06
-A +A

Fréquent, le panaris est une infection du doigt de la main ou du pied très douloureuse.

Il survient après une blessure laissant pénétrer un germe, le plus souvent un staphylocoque doré.

Quand et comment réagir en cas de panaris ?

PUB

Même une blessure minime peut entraîner un panaris…

Tout type de blessure peut être à l’origine d’un panaris
Un choc, une coupure, une écharde, voire une lésion minime ou même invisible qui passe inaperçue, comme lors d’une manucure ou après s’être arraché une cuticule autour d’un ongle...

Inflammation, complications
Quelques jours plus tard, les premiers signes d’inflammation apparaissent : rougeur, gonflement, chaleur et douleur. 
Mais attention, le panaris peut très rapidement se compliquer et entraîner la formation d’un abcès : apparition d’une poche de pus.
À un stade plus avancé, l’infection peut se propager aux tissus voisins, en surface (ex. nécrose) ou en profondeur (ex. ostéoarthrite, phlegmon ou inflammation de la gaine des tendons).

Comment traiter un panaris ?

Panaris débutant
Un panaris débutant, non compliqué, se traite facilement en plongeant son doigt plusieurs fois par jour dans un bain de d’hexomédine transcutanée pure. Entre chaque bain, on peut laisser le panaris à l’air libre ou le recouvrir d’une compresse sèche non serrée.

Le médecin peut également prescrire des antibiotiques par voie générale ou locale (pansement antibiotique).

Panaris profond
Tout panaris qui dure plus de 48 heures ou qui ne s’améliore pas dans les 48 heures malgré le traitement antibiotique nécessite une consultation urgente. 

C’est également le cas pour tout panaris se compliquant par l’apparition :

  • d’un abcès,
  • d’une fièvre,
  • de ganglion,
  • d’une douleur lancinante la nuit qui empêche de dormir.

Dans ces conditions, le traitement sera chirurgical, impliquant un soin en profondeur et de prélever un peu de tissu lésé afin de déterminer à l’aide d’examens biologiques en laboratoire les germes en cause et le type d’antibiotique à administrer.

La question à se poser : êtes-vous à jour contre le tétanos ?
À défaut ou en cas de doute, un rappel vaccinal anti-tétanique s’impose.
Pour mémoire, la primovaccination des nourrissons se fait avec deux doses et rappels : à 2, 4 mois et 11 mois. Ensuite les rappels ont lieu à 6 ans, 12 ans, 25 ans, 45 ans, 65 ans puis tous les dix ans.

 

Initialement publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 22/04/2014 - 10h36 et mis à jour par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 16/04/2014 - 16h06

Manuel Merck, Éditions Larousse. Le site du dermatologue, http://www.dermatonet.com.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Coup : pourquoi mon bleu est-il bleu ? Publié le 13/03/2017 - 17h21

Pressé(e), distrait(e), vous vous êtes cogné(e) et, à l'endroit de l'impact, apparaît une tache bleue disgracieuse, parfois douloureuse. C'est un bleu , ou une ecchymose ... très fréquent, et sans gravité.

Abcès dentaire : de l’origine au traitement Publié le 15/12/2017 - 11h31

L’abcès dentaire est lié à une infection dont l’origine peut être située au niveau de la dent ou de la gencive . Outre la prise d’antibiotiques pour stopper l’infection , le traitement dépend de la sévérité et de l’origine de l’infection .

La gale : vrai retour ou fausse alerte ? Publié le 22/08/2014 - 15h59

La gale est une maladie de peau très contagieuse provoquée par un petit acarien. En Belgique, des cas de gale continuent à être régulièrement observés dans les crèches, internats et maisons de repos. Inutile toutefois de paniquer !

B.a.-ba des petits bobos Mis à jour le 15/11/2005 - 00h00

Pour éviter les impairs et afin qu'un petit bobo ne se transforme en crise de larmes, mémorisez bien les quelques gestes de base.

Plus d'articles