PUBLICITÉ

Le stress à fleur de peau

Mise à jour par Karell Robert, journaliste santé le 26/04/2017 - 14h06
-A +A

Cela ne fait plus aucun doute scientifiquement : stress et problèmes de peau sont parfois intimement liés. Mais concrètement, par quels mécanismes notre psychisme peut-il agir sur notre peau ? Est-il dès lors possible de soigner des maladies cutanées en prenant soin de son mental ? Éléments de réponse. 

PUB

La peau, touchée par plusieurs sortes de stress

Les dermatologues distinguent en réalité deux types de stress pouvant avoir des répercussions sur la peau. Le stress oxydatif, tout d’abord, est un stress « physiopathologique » qui correspond à une agression des cellules par les radicaux libres. Ces substances, responsables du vieillissement cutané, sont produites en permanence par l’organisme. Mais certains facteurs extérieurs (tabac, alimentation déséquilibrée, pollution, UV…) peuvent néanmoins augmenter leur production et donc leurs effets néfastes sur la peau.
Ce type de stress est évidemment à ne pas confondre avec le stress nerveux, dit « psychologique ». Le rouge vous monte aux joues dès que vous devez prendre la parole en public ? La paume de vos mains devient moite après une grosse frayeur ? Comme tout le monde, vous avez déjà certainement expérimenté les conséquences du stress nerveux sur votre corps, et plus spécifiquement sur votre peau.

Maladies de peau : le stress comme facteur déclenchant

En marge de ces petits désagréments, certes inconfortables, mais bénins, il est aujourd’hui prouvé que ce stress est capable d’aggraver – voire de (ré)activer – certaines maladies spécifiques de la peau. « En cas de terrain prédisposant, le psoriasis*, le vitiligo, la pelade ou encore l’urticaire par exemple sont des maladies cutanées dont les poussées peuvent être exacerbées sous l’effet du stress ou de l’anxiété », confirme le Dr Lara El Hayderi, dermatologue au CHU de Liège. Concrètement, comment le stress agit-il sur la peau ? Si la question n’est pas totalement élucidée, le mécanisme de base est néanmoins connu. La peau est en réalité directement connectée au système nerveux par le biais de messagers chimiques, appelés neuromédiateurs. « Dans un état de stress, les influx nerveux peuvent ainsi déclencher une cascade inflammatoire au niveau de la peau et donner lieu à ce type de lésions inflammatoires. »

Initialement publié par Isabelle Eustache, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 20/12/2005 - 00h00 et mis à jour par Karell Robert, journaliste santé le 26/04/2017 - 14h06

Merci au Dr Lara El Hayderi, dermatologue au CHU de Liège, pour sa collaboration à cet article.
*Dika E, et al. Environmental factors and psoriasis. Curr Probl Dermatol. 2007;35:118-35.

Notez cet article
PUBLICITÉ
A lire aussi
Stress aigu ou chronique : il affecte votre santé Mis à jour le 09/05/2006 - 00h00

Notre vie professionnelle trépidante fait de plus en plus souvent mentir l'adage qui affirme que le travail c'est la santé. D'après une enquête européenne sur les conditions de travail réalisée en 2000, 28% des salariés européens considèrent que leur...

Rosacée: y voir plus clair dans les traitements Publié le 24/10/2011 - 11h07

La rosacée est une maladie de la peau relativement fréquente: elle touche entre 3 et 10% de la population. Ces rougeurs qui deviennent petit à petit permanentes sont difficile à soigner.Une étude pointe cependant deux interventions efficaces.

Eczéma : ce qui soulage les démangeaisons Publié le 08/12/2017 - 09h24

Il existe différents types d’eczéma mais tous se manifestent de la même façon : rougeurs, démangeaisons et épaississement de la peau. Si l’eczéma atopique, lié à une prédisposition héréditaire, se manifeste tôt dans la vie du nourrisson, tout le mond...

Plus d'articles