PUBLICITÉ

Les pesticides attaquent notre système hormonal

Publié par Dr Philippe Presles le 02/01/2007 - 00h00
-A +A

Les produits phytosanitaires - pesticides, herbicides, fongicides - provoquent des perturbations du système hormonal, démontrées chez les agriculteurs. De tels troubles endocriniens pourraient affecter la fertilité, le bon déroulement de la grossesse et être à l'origine de certains cancers.

PUB

Les agriculteurs sont en première ligne

Les agriculteurs étant les premiers exposés, de nombreuses études épidémiologiques ont déjà montré une relation entre l'exposition aux pesticides et les troubles du développement. Aujourd'hui, ces perturbations sont attribuées à un dysfonctionnement du système hormonal. En effet, par rapport à la population générale, les agriculteurs sont plus fréquemment atteints de maladies impliquant le système hormonal. C'est le cas des troubles de la thyroïde et du cancer de la prostate, semble-t-il.
Inversement, la fréquence du cancer du sein dans la population agricole est plus faible. Mais les chercheurs attribuent cette constatation à une activité physique plus importante et à une moindre exposition aux facteurs de risque chez les femmes travaillant dans le milieu agricole. A noter cependant que la mortalité par cancer du sein est plus importante dans les aires de culture de pommes de terre, ce qui s'explique sans doute par l'emploi d'exfoliants.

Répercussions sur la fertilité et la grossesse

L'allongement du délai de conception, en corrélation avec l'utilisation intensive de pesticides, est aujourd'hui bien documenté. Selon une étude américaine, la fertilité des couples exposés baisse de 20%. Le spermogramme des hommes exposés présente des anomalies et les femmes ont des cycles plus longs.

Concernant la grossesse, plusieurs effets délétères ont déjà été répertoriés : retard de croissance intra-utérine, prématurité, petit poids de naissance, fausse couche.
Et enfin, certains rapports suggèrent une hausse des troubles du développement de l'appareil reproducteur masculin et une réduction du sex-ratio après exposition aux pesticides (dans le sens d'une diminution du nombre de garcons).

D'ores et déjà, cette revue des effets délétères des produits phytosanitaires est particulièrement effrayante. Il convient de renforcer les mesures préventives et d'informer les populations les plus exposées.

Publié par Dr Philippe Presles le 02/01/2007 - 00h00 26e Journées françaises d'endocrinologie clinique, nutrition et métabolisme, Paris, décembre 2006.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
La maladie d'Alzheimer, une maladie professionnelle? Mis à jour le 27/12/2010 - 01h00

Et si la maladie d'Alzheimer était une maladie professionnelle ? C'est ce que suggère cette étude, en montrant que les ouvriers viticoles, fortement exposés aux pesticides , présentent un risque accru de développer une démence, dont la maladie d'Alzh...

Insecticides: la prudence est de mise! Mis à jour le 12/04/2005 - 00h00

Le Pesticides Action Network Belgium rappelle qu'aucun pesticide n'est jamais totalement dénué de toxicité. Même si les pesticides à usage domestique sont moins concentrés que les pesticides agricoles, il convient de les utiliser avec la plus grande...

Capital vue en danger Mis à jour le 12/08/2003 - 00h00

Une étude menée pendant 8 ans auprès de 40 guides de haute montagne démontre la nocivité de la lumière intense sur la rétine. Paradoxalement, l'oeil est l'organe qui vieillit le plus rapidement et que l'on protège le moins.

Plus d'articles