PUBLICITÉ

Peut-on encore manger du saumon ?

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 09/02/2016 - 16h05
-A +A

Longtemps très populaire, le saumon commence à soulever des doutes. Les conditions de son élevage en Norvège notamment ne sont pas rassurantes. D'où la question : « je mange du saumon et je m’empoisonne ou bien je n’en mange plus et je risque d’être en manque d’Omega 3 ? ».

On fait le point.

PUB

Saumon : poisson d’eau douce et de mer

Le saumon se reproduit et passe sa petite enfance dans l'eau douce d’une rivière ou d’un fleuve. Quand il a environ deux ans, il s'en va vivre dans l’eau salée, celle de l'Atlantique ou du Pacifique pendant quelques années. Puis il fait des milliers de kilomètres pour revenir sur son lieu de naissance qu’il a mémorisé.

À l’arrivée, Madame saumon pond ses œufs dans un trou qu’elle creuse avec sa queue tandis que Monsieur Saumon bataille pour éloigner les concurrents et pouvoir lâcher sa semence dans le trou de la dame. Celle-ci le recouvre de graviers. Après quoi elle meurt, ainsi que monsieur le plus souvent. Tout ça se passe à l’automne.

Au printemps, les œufs éclosent. Puis les alevins (les nourrissons saumon) pointent leur nez et se mettent à grandir. Ils restent par là pendant 1 à 2 ans. Et quand ils sont assez costauds, ils s’en vont dans la mer (l’Atlantique ou le Pacifique) où ils grandiront et deviendront adultes.

 

Saumon : comment est-il élevé ?

Il existe deux grandes espèces de saumon : celui du Pacifique et celui de l’Atlantique. C’est ce dernier qui est le plus élevé.

On recueille les œufs des dames saumon et la semence des messieurs saumon, on les mélange avec beaucoup de précautions et on les garde à une température précise jusqu’à ce qu’ils éclosent.

Ensuite, les alevins sont stockés dans des containers où ils sont nourris de protéines et de vitamines, exposés en permanence à une lumière artificielle et où ils doivent lutter contre un courant d’eau pour se faire du muscle. Tout ceci pour reproduire les évolutions naturelles des saumons sauvages.

Puis on les transfère, au fur et à mesure de leur croissance, quand ils pèsent de 30 à 50 g, dans des bassins d’élevage en eau douce où ils restent environ 6 mois.

Ensuite, ils s’en vont dans des cages qui flottent en pleine mer. Ils y sont nourris de croquettes composées de farines de poissons (sauvages et souvent pleins de polluants), de soja et d’huiles de poisson, le tout enrichi de cocktails de vitamines A et D et de carotènes pour leur donner une belle couleur rose vif.

Ils y resteront environ 24 mois jusqu’à ce qu’ils atteignent un poids commercialisable de 4 à 5 kg.   

Initialement publié par Paule Neyrat, Diététicienne le 24/02/2014 - 10h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 09/02/2016 - 16h05

Cedepa.wordpress.com/2010/12/31/lethoxyquine-dans-le-saumon/. Additifs-alimentaires.net/E324.php. Europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+WQ+P-2013-012742+0+DOC+XML+V0//FR.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Vive les aliments de fêtes ! Publié le 26/12/2017 - 10h46

Les fêtes et leurs repas ne sont pas vraiment les catastrophes alimentaires annoncées et redoutées. Les traditionnels aliments sont en fait bourrés de vertus nutritionnelles. Foie gras, fruits de mer, saumon, caviar, chocolat, découvrez leurs bienfai...

Que savez-vous sur les aliments de fêtes ? Mis à jour le 11/12/2012 - 17h32

Les fêtes approchent et nous allons nous régaler de nombreux mets délicieux : foie gras, saumon, huîtres, langouste, crevettes, chapon, escargots, chocolat, etc. Mais que savez-vous des valeurs nutritionnelles de ces aliments de fêtes et de leurs bie...

Rose saumon... et atout coeur ! Mis à jour le 03/07/2007 - 00h00

Réputé pour sa richesse en oméga-3, précieux pour le cŒur et les vaisseaux, le saumon cache une autre vertu protectrice juste sous la peau: la couleur de sa chair. Le pigment qu'elle contient freinerait l'oxydation des lipides du sang, réduisant dès...

Plus d'articles