PUBLICITÉ

Des psychologues face au cancer

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 29/11/2016 - 11h25
-A +A

Face à la maladie et au cancer en particulier, les apports d'un psychologue peuvent être nombreux. Pour former les professionnels à une approche spécifique des patients en oncologie, un  certificat universitaire en psycho-oncologie existe.

PUB

Le rôle du psychologue en oncologie

Physiquement et psychologiquement, faire face au cancer n'est jamais simple. C'est pourquoi des psychologues sont aujourd'hui présents dans tous les services d'oncologie, pour apporter une aide au patient et à son entourage. Contrairement à ce que l'on peut parfois penser, la fonction du psychologue ne se réduit pas à mettre en place une éventuelle psychothérapie. Son rôle en oncologie est en réalité multiforme. Le patient est en effet confronté, au cours de son parcours, à divers problèmes spécifiques: l'annonce du diagnostic et le choc qu'elle représente en général, la nécessité de modifier certains comportements liés à la maladie (le tabagisme par exemple), l'acceptation et la gestion d'un traitement souvent contraignant, tant en terme de temps passé à l'hôpital que d'effets secondaires... Sans oublier le fait que, dès le diagnostic, le patient est confronté au spectre de la douleur et parfois de la mort, ce qui génère très souvent une grande anxiété.

Le psychologue, le patient et la famille face au cancer

Face à ces différentes problématiques, le psychologue sera un interlocuteur privilégié. Il contribue à la prise du traitement, et donc à la guérison éventuelle du patient. Il sera aussi un interlocuteur pour la famille, qui se trouve souvent assaillie par de multiples questions: comment envisager l'avenir? Comment se comporter avec le proche? Faut-il l'inciter à l'activité ou au contraire respecter qu'il s'enferme dans sa bulle? Comment gérer sa propre angoisse face à la maladie? etc. Là encore, le psychologue pourra intervenir dans une optique de dialogue entre le patient et l'entourage.

Initialement publié par Julie Luong, journaliste santé le 07/09/2010 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 29/11/2016 - 11h25

Merci à Anne-Marie Etienne, ULg, secteur psychologie de la santé. Infos: http://formcont.ulb.ac.be/formation/viewSelected/312

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Diagnostic de cancer: un risque accru de suicide Publié le 23/07/2012 - 11h16

Selon une étude suédoise, le risque de suicide serait bien plus important la semaine qui suit l’annonce d’un cancer . Des résultats qui rappellent et soulignent le poids psychologique que représente un tel diagnostic.

Voir un diététicien pendant un cancer Publié le 22/05/2015 - 16h19

Si l’ alimentation joue un rôle dans la survenue d’un cancer , elle doit également être surveillée lorsque la maladie se déclare. Objectif : atteindre le meilleur état nutritionnel possible pour combattre la maladie et mieux supporter les effets seco...

Les Psy sur le divan Mis à jour le 02/03/2002 - 00h00

La consultation chez le psy devra d'abord recevoir l'autorisation du médecin. Cette mesure de M. Aelvoet risque bien de réduire encore un peu plus le contenu des caisses de l'INAMI…

De nouvelles pratiques contre le cancer du pancréas Mis à jour le 28/04/2009 - 00h00

Le pronostic du cancer du pancréas reste à ce jour très sombre. Seuls 5% des patients survivent encore cinq ans après le diagnostic de la maladie. Depuis peu, il existe toutefois une recommandation de bonne pratique pour la prise en charge du cancer...

Plus d'articles