PUBLICITÉ

Du sang d'alligator contre les infections?

Publié par Julie Luong, journaliste santé le 29/04/2008 - 00h00
-A +A

Qu'un alligator puisse un jour vous sauver la vie, vous y croiriez? Des chercheurs ont récemment montré les puissantes vertus que recèle le sang de cet animal a priori peu sympathique. Cette découverte pourrait mener à la mise au point d'une nouvelle classe d'antibiotiques, les "alligacines".

PUB

4 mètres de long, environ 360 kilos, l'alligator d'Amérique en impose par sa taille et sa réputation. L'imaginaire collectif ne voit souvent en lui qu'un prédateur redoutable, mangeur d'hommes à ses heures. Une équipe de biochimistes de Louisiane - région où ces reptiles aux grandes mâchoires ont depuis longtemps élu domicile - a pourtant décidé d'aller voir au-delà de la carapace… Elle a ainsi découvert que le sang des alligators permettait de combattre des agents particulièrement agressifs, comme le Staphylocoque doré ou le Candida albicans.

Un système immunitaire à toute épreuve

Les études précédemment menées sur le sujet avaient déjà montré que le système immunitaire des alligators était particulièrement puissant, et extrêmement différent de celui des humains. Rappelons en effet que notre organisme n'est capable de se défendre - c'est-à-dire de produire des anticorps - que face à des agents "connus", avec lesquels il a été précédemment mis en contact. A contrario, le système immunitaire des alligators est capable de s'attaquer à des micro-organismes du type champignons, virus ou bactéries sans jamais les avoir rencontrés auparavant. Selon les chercheurs, cette faculté particulière résulte d'un processus d'adaptation: les alligators, fréquemment blessés lors de leurs féroces bagarres territoriales, ont vraisemblablement développé, au cours de l'évolution, un système de guérison particulièrement rapide, ne laissant la place à aucune infection.

A l'assaut des "superbugs"

Afin d'exploiter cette découverte, cette équipe de chercheurs a donc collecté des échantillons de sang d'alligators avant d'en extraire les globules blancs, au sein desquels ont ensuite été isolées les protéines actives. Les tests en laboratoire ont montré que de très petites quantités de ces protéines permettaient de tuer un grand nombre de bactéries, tel le redoutable Staphylocoque doré, à l'origine de nombreuses infections nosocomiales (contractées dans les hôpitaux). Ces protéines permettraient également de lutter le Candida albicans, un autre "supermicrobe" responsable de sérieuses complications chez les personnes immunodéprimées comme les patients atteints du SIDA ou ceux ayant subi une transplantation. Les recherches suggèrent également que ces protéines sanguines pourraient aider à combattre le VIH, virus responsable du SIDA.

Publié par Julie Luong, journaliste santé le 29/04/2008 - 00h00 American Chemical Society (2008, April 2007). Alligator Blood May Put The Bite On Antibiotic-resistant Infections. ScienceDaily. Retrieved April 14, 2008, from http://www.sciencedaily.com/releases/2008/04/080407074556.htm
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Crèmes à la cortisone : bien les utiliser ! Publié le 19/04/2016 - 12h25

Les crèmes à la cortisone font souvent l’objet d’excès : elles suscitent une phobie exagérée chez certains et sont utilisées de manière abusive par d’autres. Précieuses pour le traitement de nombreux problèmes de peau, elles comportent aussi des risq...

Les nouveautés dans la lutte contre la douleur de l'adulte Mis à jour le 10/11/2001 - 00h00

De toute évidence, le statut de la douleur évolue, les mentalités changent. Des avancées importantes sont intervenues, tant sur le plan des connaissances fondamentales que sur celui de son traitement et de sa prise en charge. On dispose désormais de...

Plus d'articles