PUBLICITÉ

" Si j'aurais su... "

Publié par Dr Catherine Solano, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 05/05/2004 - 00h00
-A +A

" Si j'aurais su, j'aurais pas venu. " Si cette phrase de " La guerre des boutons " a connu autant de succès, c'est qu'il nous arrive souvent de regretter une de nos actions. Le problème, c'est que ce regret peut nous prendre beaucoup d'énergie et nous entraîner à regarder vers le passé au lieu de nous tourner vers l'avenir.

PUB

C'est pourquoi certains regrets sont très néfastes. Quand les choses sont faites, il ne sert strictement à rien de penser que vous auriez dû agir autrement. C'est fait, c'est fait, un point c'est tout ! Il est pourtant bon d'analyser, de comprendre, afin de tirer des lecons de vos éventuelles erreurs. Si vous apprenez des choses sur vous : " Je me laisse souvent convaincre trop facilement par un beau parleur " ; ou " Je dis trop vite non au lieu de prendre le temps de réfléchir " ; " Je me bloque quand je sens un peu d'autorité " ; etc. Dans ce cas, vous progressez et vous avez la chance de vous améliorer car vous gagnez en profondeur de compréhension, vous utilisez votre énergie à évoluer, à changer dans le bon sens. Si cette même énergie, vous l'utilisez à des ruminations stériles, vous regardez derrière vous au lieu d'être dans le présent ou dans le futur, au lieu de vous poser l'unique question importante : " Que dois-je faire maintenant avec ce que je suis pour aller là où j'ai envie d'aller ? " Vous perdez donc du temps, du temps de votre précieuse vie à broyer du noir : "Si j'avais su…"

Et ce réflexe est tout aussi nocif dans vos relations avec les autres. Quand vous dites à un ami " Tu n'aurais pas dû tromper ta femme ", ou " Tu aurais dû changer de travail plus rapidement ", ou " Vous n'auriez jamais dû faire un troisième enfant "… Non seulement vous ne l'aidez pas du tout, mais vous lui mettez la tête sous l'eau comme si vous cherchiez à le noyer ! Il vous parle de ses soucis parce qu'il a confiance en vous, pas pour entendre " Je te l'avais bien dit " ou " C'est vrai tu t'es trompé "… Il préfèrerait mille fois que vous lui répondiez : " Il y a certainement une ou plusieurs solutions à ta situation ", même si vous ne savez pas laquelle ! Là au moins, vous l'aidez à regarder devant lui et à affronter l'avenir avec ce qu'il est !

Alors, au lieu de continuer avec " Si j'avais su ", changez tout pour " Avec ce que je sais et ce que je suis, qu'est-ce que je fais ? "

Publié par Dr Catherine Solano, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 05/05/2004 - 00h00
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
J’ai un cancer, mais je travaille Publié le 03/04/2017 - 16h22

Le cancer a des conséquences considérables dans tous les domaines, y compris professionnels. Or l’ activité professionnelle a justement une importance capitale lors de l’épreuve du cancer et surtout de l’après-cancer, pour se reconstruire. Karen, att...

Savoir dire non Mis à jour le 18/05/2004 - 00h00

Non, c'est un mot qui a beaucoup de mal à sortir chez certains adultes ! Pourtant, enfants, nous nous sommes tous entraînés à dire non à nos parents !

Comment écouter et soutenir quelqu'un en 10 minutes? Mis à jour le 23/02/2009 - 00h00

Un de vos amis, une connaissance, quelqu'un de votre famille semble aller mal. Comment faire pour l'aider, le soutenir, lui montrer que vous êtes là sans rajouter à sa peine, mais plutôt en contribuant à l'alléger un peu? Une méthode simple et pourta...

J'ai un complexe : comment y survivre ? Mis à jour le 03/04/2007 - 00h00

Que celui qui n'a pas un ou plusieurs complexes lève le doigt ! Ce qui fait la différence entre les humains, ce n'est pas tellement leurs complexes , mais leur manière de vivre avec. Et si certains savent très bien y survivre, on a parfois l'impressi...

Plus d'articles