PUBLICITÉ

SIDA: L'effort doit continuer

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 09/12/2008 - 00h00
-A +A

Comme d'habitude, le 1er décembre a été l'occasion pour la plateforme prévention SIDA de rappeler les dernières réalités sur la maladie. Il y a de bonnes et de mauvaises nouvelles, mais toutes pointent dans la même direction: un besoin toujours plus fort de solidarité.

PUB

Des chiffres en augmentation

La première, et la pire, des mauvaises nouvelles, c'est l'augmentation du nombre des personnes nouvellement contaminées en Belgique. 3 personnes par jour, c'est l'une des plus hautes incidences depuis les débuts de la maladie. Alors que les moyens de protection sont disponibles pour tous depuis longtemps, que le message de prévention a été rabâché encore et encore… plus personne ne peut ignorer l'existence du SIDA, et les moyens de s'en protéger. Alors qu'est-ce qui coince? Un ras-le-bol du préservatif, un manque de moyens financiers (si les capotes sont rentrées dans les mŒurs aujourd'hui, et accessibles à certains endroits gratuitement, elles restent relativement chères), l'impression fausse que les traitements permettent de bien vivre avec le SIDA? Peu importe, au fond. Les faits sont là: nous avons tout pour nous protéger contre le SIDA et nous ne le faisons pas. Pourtant, tous les comportements qui peuvent transmettre le VIH peuvent aussi propager toutes les infections sexuellement transmissibles. Moins bien connues, et rarement mortelles, celles-ci ont pourtant aussi des conséquences très néfastes pour la santé, et en particulier la vie sexuelle.

La solidarité n'est pas au rendez-vous

C'est d'autant plus grave que la qualité de vie des personnes positives au virus du VIH, ou malades du SIDA, reste fortement affectée dans de nombreux domaines. Si les traitements ont spectaculairement augmenté l'espérance de vie, ils ne guérissent pas, ne permettent pas d'annuler le risque de transmission du virus (même si ce risque diminue), et surtout ne luttent pas contre les préjugés et discriminations dont sont victimes les personnes touchées. Refus (illégal) d'embauche, impossibilité d'obtenir une assurance, difficultés sans fin pour obtenir de l'aide quand les personnes touchées par le SIDA sont aussi handicapées ou en difficultés psycho-sociales: les secteurs où le VIH rend la vie difficile ne se comptent plus. Et sept Belges sur 10 ont encore une attitude discriminatoire - alors que le message qu'il est impossible d'attraper le SIDA en ayant avec une personne séropositive des échanges ordinaires entre collègues, amis ou voisins a lui aussi été dit et redit.

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 09/12/2008 - 00h00 Communiqué de presse asbl Plateforme prévention SIDA
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
VIH : les autotests disponibles en pharmacie Publié le 15/12/2016 - 16h33

Des autotests de dépistage du VIH sont en vente dans les pharmacies belges depuis novembre 2016. Disponibles sans prescription médicale, ils constituent un outil supplémentaire dans la lutte contre le sida.

Séropositif ou malade du sida ? Publié le 24/06/2013 - 16h12

Une personne séropositive est porteuse du virus du sida, mais n'a pas développé la maladie. En revanche, une personne atteinte du sida a dépassé ce stade, présente des symptômes et a développé la maladie. Dans les deux cas, un traitement est possible...

SIDA: état des lieux pour la journée mondiale Mis à jour le 30/11/2010 - 01h00

Ce mercredi premier décembre, c'est la journée mondiale du SIDA . L'occasion pour l'institut scientifique de santé publique de publier une étude sur le SIDA et le VIH dans notre pays. Mais aussi de refaire le point sur la prévention.

Plus d'articles