PUBLICITÉ

Les somnifères, des médicaments pièges...

Publié par Dr Catherine Solano le 10/07/2007 - 00h00
-A +A

Mal dormir, c'est difficile, surtout quand cela se reproduit plusieurs nuits de suite. La solution peut sembler simple : prendre un somnifère, un hypnotique, un anxiolytique, comprimé ou gélule très efficace… dans un premier temps.

PUB

Pourtant, le traitement naturel de l'insomnie n'est pas, en premier lieu, chimique. Les recommandations médicales à ce propos sont claires: "En cas d'insomnie qui persiste, il faut évaluer le retentissement sur le fonctionnement de la personne dans la journée. Si ce retentissement est moyen à modéré (cas le plus fréquent), un traitement comportemental est préconisé. Si le retentissement de l'insomnie est sévère, un traitement comportemental peut être associé à un traitement hypnotique (quelques jours à quelques semaines)."

Ainsi, le traitement premier de l'insomnie est un traitement comportemental qui vise à modifier nos comportements afin d'agir positivement sur le sommeil.

Pourquoi ne pas prendre directement un somnifère si c'est efficace ?

Le risque des médicaments (de la famille des benzodiazépines), c'est le syndrome de sevrage. Cela signifie que l'arrêt du médicament est suivi d'effets si désagréables qu'il devient très difficile d'arrêter. Ces signes de sevrage sont présents chez 80% des personnes qui prennent un traitement somnifère depuis plus de 3 ans et chez 15 à 26% en cas de traitement plus bref.
Ainsi, plus on prend longtemps un somnifère, plus il est difficile de l'arrêter. Et difficulté supplémentaire : plus on avance en âge, plus il devient difficile de l'arrêter.
Or plus des deux tiers des personnes qui consomment des anxiolytiques et hypnotiques ne présentent pas de trouble relevant d'une indication reconnue.

Et si le somnifère est vraiment indiqué pour moi ?

Si l'insomnie retentit négativement de facon importante sur la vie de tous les jours, un traitement peut être justifié. Mais il existe un code de bonne conduite pour la prise de ces médicaments :
- Il ne faut pas associer plusieurs hypnotiques.
- Il ne faut pas non plus en prendre plus de 2 à 4 semaines (4 à 12 semaines pour les anxiolytiques).
- Il faut toujours commencer par la dose la plus faible et toujours utiliser la dose efficace la plus faible.

Publié par Dr Catherine Solano le 10/07/2007 - 00h00 Rapport sur le bon usage des psychotropes (consultable sur internet : http://www.assemblee-nationale.fr/12/pdf/rap-off/i3187.pdf), ANAES (Agence nationale d'accréditation et d'évaluation en santé), RMO (Références médicales opposables).
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
L'alcool trouble le sommeil Mis à jour le 07/10/2003 - 00h00

Les sujets alcooliques , comme les sevrés, souffrent de troubles du sommeil . Ainsi, l'alcool induit, à l'opposé, un endormissement plus rapide et une insomnie chronique. Or la fatigue fait partie des facteurs de risque de rechute.

Comment reconstruire son sommeil? Mis à jour le 11/01/2010 - 00h00

Si la première étape est d'identifier les causes des troubles du sommeil , pour traiter l' insomnie à sa source, la deuxième consiste à trouver les bonnes recettes de vie pour mieux dormir . Les conseils du Dr Michel Dib*.

Plus d'articles