PUBLICITÉ

Audiométrie : vos oreilles à l'épreuve

Mise à jour par Julie Luong, journaliste santé le 12/04/2017 - 10h12
-A +A

Entendez-vous uniquement ce qui vous arrange ? Ou tendez-vous l'oreille un peu trop souvent ? Seule l'audiométrie nous dira quels sons arrivent vraiment à vos oreilles.

PUB

Audiométrie pour mesurer l'audition

Entendre est, comme voir ou sentir, une manière d'être en permanence au contact du monde. Nos oreilles jouent le rôle d'un appareil de transmission qui permet d'augmenter mécaniquement le message sonore venu de l'extérieur. Ce message est ensuite transmis jusqu'à notre cerveau grâce à l'appareil de Corti, qui se situe dans l'oreille interne. Malheureusement, différentes causes peuvent entraîner une perte d'audition, et ce à tout âge, même si les années qui s'accumulent constituent un facteur de risque majeur.

La perte auditive peut aussi être de différents types et ne présente pas toujours le même degré d'intensité : on peut entendre bien mais mal comprendre, être peu ou très malentendant. L'audiométrie, vocale ou tonale, est un examen qui permet au médecin de préciser la nature et le degré de la perte auditive et de proposer ainsi une prise en charge adéquate.
 

L'audiométrie tonale

L'audiométrie tonale permet de déterminer les seuils auditifs de chaque oreille à l'aide de sons purs. Cet examen se pratique dans une cabine insonorisée, le médecin demandant au patient de lever la main dès qu'il entend un son. Différentes fréquences, des moins aigues aux plus aigues (de 125 à 8000 Hz), sont testées afin de déterminer à partir de quel seuil le patient percoit un son mais aussi à partir de quand le son devient douloureux ou inconfortable (environ 100 décibels pour quelqu'un qui entend normalement).

La conduction aérienne
L'audiométrie tonale permet d'évaluer la conduction aérienne, c'est-à-dire l'audition obtenue avec des écouteurs contre le pavillon de l'oreille. Si cette audition est insuffisante, on parlera de surdité de transmission, à savoir une tendance à entendre moins fort que la normale (trouble auditif quantitatif).

La conduction osseuse
D'autre part, l'audiométrie permet d'évaluer la conduction osseuse, c'est-à-dire la transmission au niveau de l'oreille interne, du nerf et des centres cérébraux auditifs. Pour mesurer ce paramètre, un petit vibreur est placé derrière l'oreille afin de diminuer l'apport de l'oreille externe. En cas d'insuffisance, on parlera de surdité de perception (trouble auditif qualitatif). Typiquement, le patient présente des difficultés pour discriminer les sons sur les fréquences aigues. Cela l'empêche par exemple de suivre une conversation dans un milieu bruyant. Lorsque le patient présente à la fois une surdité de perception et de transmission, on parle de surdité mixte.
 

Initialement publié par Julie Luong, journaliste santé le 14/10/2008 - 00h00 et mis à jour par Julie Luong, journaliste santé le 12/04/2017 - 10h12
Notez cet article
PUBLICITÉ
A lire aussi
Quand et comment mesurer son audition ? Publié le 23/03/2017 - 11h16

Si les personnes âgées sont plus à risque de troubles auditifs en raison de la presbyacousie (baisse de l’audition liée au vieillissement), nous pouvons tous être concernés en raison des nuisances sonores auxquelles nous sommes soumis dans notre vie...

Pourquoi notre audition baisse-t-elle avec l'âge ? Publié le 19/03/2017 - 22h42

Quand vous prenez de l'âge, vous risquez de voir votre audition baisser. On parle alors de presbyacousie . Mais cette perte de l'audition peut être due à un éventail de causes, dont le bruit et la mort des cellules nerveuses sont les plus fréquentes....

Plus d'articles