PUBLICITÉ

La seringue : au rebut ?

Publié par C. De Kock, journaliste santé le 03/02/2004 - 00h00
-A +A

De nouveaux dispositifs de délivrance de médicaments, actuellement à l'étude, pourraient envoyer la bonne vieille seringue au musée.

PUB

Son administration relativement douloureuse, ses indications thérapeutiques limitées et, surtout, les progrès technologiques en matière de médicaments, semblent aujourd'hui se liguer contre la seringue, développée il y a une bonne centaine d'années déjà. Les chercheurs ont concu d'autres techniques de délivrance, dont le fameux patch, mais il n'y a pas que lui !

Quelques techniques prometteuses

  • Injection à l'hélium : à l'aide d'un jet d'hélium, le PowderJect fait pénétrer le médicament (en poudre) sous la peau à une vitesse supérieure à celle du son. Le patient ne ressent qu'une petite tape, absolument indolore, sur le bras. Cette technique convient pour les petites molécules, les vaccins, les protéines et même les fragments d'ADN.
  • Inhalation de fines particules : l'inhalateur Aradigm convertit les grosses molécules (gènes, protéines, peptides) en aérosols. Ces suspensions de fines particules de 1 à 3 microns de diamètre sont inhalées bien plus profondément dans les poumons qu'avec des inhalateurs classiques et passent ainsi plus rapidement dans le sang. Cette technique s'appliquerait à l'insuline et aux anti-douleurs.
  • Patch de micro-aiguilles : ce système composé de micro-aiguilles en polymère biodégradable permet l'injection d'insuline, par exemple, de facon indolore grâce à un dispositif adhérant à la peau. Les micro-aiguilles ne pénètrent que dans la couche supérieure de l'épiderme, dépourvue de récepteurs à la douleur.
  • Puce programmable : cette puce de la taille d'une pièce d'un cent est fabriquée à base d'or et de silicone et implantée sous la peau. Elle contient des microréservoirs qui peuvent être programmés pour délivrer une quantité précise de médicament à un moment donné (contrairement au patch, qui libère le médicament en continu).
Publié par C. De Kock, journaliste santé le 03/02/2004 - 00h00 'Needle alternatives could replace 'ouch' with convenience, comfort', Pharmacy Today 'Un patch de micro-aiguilles pour faire des piqûres sans avoir mal', Dr Isabelle Catala, Le Journal du Médecin, n°1553
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Le patch antidouleur : trop souvent mal employé Publié le 27/03/2015 - 17h33

Le patch antidouleur , en théorie, est une solution parfaite. Il délivre une dose continue de médicaments contre la douleur, la plupart du temps des opiacés , pour que le patient ait une vie plus confortable sans devoir se préoccuper de prendre des m...

Les patchs: Incollables sur les hormones! Mis à jour le 31/08/2009 - 00h00

Les patchs sont des méthodes qui permettent d'administrer un médicament à travers la peau, plutôt que de l'avaler. Et ils sont en plein essor, surtout dans le domaine de nos hormones : traitement hormonal substitutif, contraception, libido... les pat...

Migraine et acupuncture : effet placebo ? Mis à jour le 23/08/2005 - 00h00

L'acupuncture est-elle efficace pour soulager les maux de tête ? Les résultats d'une étude allemande apportent des éléments de réponse à cette question : oui, mais pas plus qu'un placebo.

Quand la douleur devient une maladie en soi... Publié le 16/11/2012 - 12h55

La douleur est un phénomène que nous connaissons tous. En effet, qu'il s'agisse d'un coup de marteau sur le doigt, d'un mal de dents, d'une lombalgie ou d'une opération chirurgicale, tout le monde est concerné un jour ou l'autre. Toutefois, la diffic...

Plus d'articles